BangBang : bangbangblog.com

La Barbe

La fameuse Cabane de Paul-André Fortier

Mickaël Bergeron
8 mars 2011

Cabane

Il y a un truc dont je m’ennuie particulièrement depuis que je suis sur la Côte-Nord: les spectacles multidisciplinaires. J’étais un habitué et un fan du Mois Multi de Québec, qui célèbre ce type de créations tous les févriers. Je me sens donc gâté par les programmateurs de la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles depuis un mois, alors que j’ai pu voir l’époustouflant Cabaret Gainsbourg le 8 février dernier, puis Cabane hier soir, le 7 mars.

Cabane n’est pas un spectacle de danse, spécifie son créateur en entrevue, Paul-André Fortier, un chorégraphe-danseur qui ne fait pas du tout sa soixantaine. Mais il y a de la danse quand même. Sauf qu’on y ajoute de la projection, de la création sonore et de la performance.

Le réputé danseur – son agenda est rempli jusqu’en 2013! – est allé cherché Robert Morin pour les images et Robert Racine pour la musique, l’ambiance sonore et comme collègue de scène. C’est ce dernier qui m’a le plus impressionné. J’ai été à la fois épaté et charmé par son charisme, ce qu’il réussit à faire avec sa voix (son cri provenant des tripes est hallucinant!), son imagination sonore et même par son art visuel, puisqu’une série de dessins accompagne le spectacle en exposition éclaire.

Que raconte le spectacle? Bonne question. C’est assez abstrait en fait. C’est davantage un exercice de style qu’une histoire. Il doit y avoir autant d’interprétations que de spectateurs.

La mise en scène est minimaliste, les deux techniciens sont sur la scène et font partie du spectacle, changeant l’éclairage, branchant un micro, déplaçant un décor. Tout ce qui est utilisé ou construit est fait de matières réutilisées. La cabane, un vieux lit, un fil de fer, d’anciens trépieds de caméras deviennent des instruments de musique, des endroits à explorer.

Je félicite la dame qui a amené sa petite fille à la prestation. Une audace qui ne devrait pas en être une. Sachez, parents, que vos enfants sont capables de comprendre l’art abstrait, encore plus que vous, si ça se trouve. Sortez-les des Lady Gaga de temps en temps!

* photo de Robert Etcheverry

Pas encore de commentaire.

La Barbe

Mickaël Bergeron

Un homme barbu qui vit de brun et de culture

À propos

RUBRIQUES